Prière près d'un SDF

Publié le par François Champel

Un genou à terre devant un SDF, auquel je donne une pièce : une phrase dite très brièvement (juste le temps du passage) à quelqu'un qui la comprend (ou ne la comprend pas) :

"par sympathie pour vous. Et au nom de Jésus et de Dieu, qui nous aiment, vous et moi. Bonne journée à vous"

C'est le comportement que j'imagine comme souhaitable... mais est-ce que j'aurais le courage d'adopter un comportement aussi original ? Et, si je le pratique, le bénéficiaire en retirera-t-il le sentiment d'avoir été regardé par quelqu'un avec une vraie sympathie réelle ?

Bien sûr je ne vais pas adopter un comportement systématique qui consisterait à faire le même geste auprès de tous les SDF rencontrés ! Mais je choisirai (avec un risque d'erreur…) ceux avec lesquels je crois pouvoir établir un contact utile.

C'est ce que j'ai fait hier : j'ai eu avec mon interlocuteur, Constantin, un moldave,  d'environ 65 ans, petit, barbu, une conversation de quelques minutes, qui m'a permis de rencontrer un homme d'un optimisme remarquable, qui s'exprimait avec des mots et un visage très expressif. Il m'a donné des conseils de bon sens et de générosité à propos d'un petit problème de relation avec des proches dont je lui ai fait part. Avant de de nous séparer, nous ne sommes promis mutuellement de prier l'un pour l'autre et nos entourages. Conversation simple, naturelle, touchante. Pour moi une grande leçon d'humanité ! 

Pourquoi par notre différence, par notre conformisme, car notre manque de courage, laissons-nous de  côté toute une partie de nos frères en humanité ? Et pourquoi ne changerions pas cette attitude ?

Publié dans Prière, SDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article