Tous nos talents

Publié le par François Champel

Pratiquer ce que nous enseigne le Christ, c’est prier, bien sûr ! (mais cela, tout le monde le sait !), mais c’est aussi (ce à quoi, malheureusement, nous pensons vraiment trop peu ! ) : nous efforcer à mettre en œuvre tous nos talents et les atouts dont nous disposons…

¤¤¤

« Tous les talents » qui nous sont donnés… Lesquels ? Tous ! Non pas quelques-uns, mais tous. ! Difficile pour les pêcheurs que nous sommes ! Difficile mais nécessaire ! Plus que jamais nécessaire dans ce monde actuel de souffrances, qui, de plus, semble courir à sa perte… (à la perte du bonheur des personnes individuelles et à celui du bonheur collectif…) C’est nécessaire parce que les hommes en ont besoin et parce que Dieu le veut… Et, encore plus que cela, parce que Dieu lui-même en éprouve un besoin personnel.

Je vais proposer ici quelques réflexions sur nos talents

Il y a d’abord nos admirables talents naturels : notre intelligence, le moteur du désir et d’un dynamisme profondément enraciné dans nos personnalités, notre capacité à choisir l’orientation à donner à nos vies (notre liberté), notre capacité à nous affranchir de l’influence des groupes humains auxquels nous appartenons etc.

A ces talents naturels, il faut ajouter les atouts dont nous disposons en tant que chrétiens : l’enseignement et l’exemple de la Bible, les sacrements, la prière, la capacité d’agir ensemble au sein de l’Eglise. Tous ces moyens mis à notre disposition nous procurent un supplément de lucidité et de force, propre à nous permettre de mieux valoriser nos facultés naturelles. Et même d’obtenir certaines qualités très difficilement praticables en l’absence de la grâce donnée par Dieu… Notamment, l’humilité, cette grande vertu - si peu naturelle et pourtant si exceptionnellement féconde - qui possède le pouvoir d’affranchir l’intelligence des multiples influences cachées qui la faussent… (et qui font le malheur de l’humanité !)

¤¤¤

Face à ces atouts se dressent des obstacles d’une force redoutable : notre routine, notre mollesse, notre insuffisance de réflexion, notre conformisme, notre manque de sensibilité à l’égard des plus pauvres de la planète, la difficulté de la prière etc.  Et, bien sûr, l’influence insidieuse et permanente d’une civilisation intellectuellement et matériellement matérialiste, qui nous oriente vers les objectifs et des moyens qui ne sont pas ceux propres à nous assurer notre bonheur…

Entre les atouts dont nous disposons et les obstacles que nous rencontrons, nous, les chrétiens, en principe plus conscients du sens de l’existence, au lieu de pleurnicher sur l’état du monde, nous ferions bien mieux de réfléchir à notre insuffisance - et, à partir de là – de nous lancer dans une action plus déterminée. (Dans une formule brève - qu’il faudrait bien sûr nuancer ! – on pourrait dire : « les autres font, mais ne savent pas ; nous, nous savons, mais nous ne faisons pas ! » Un bon examen de conscience collectif est ce qu’il y a de plus urgent dans l’Eglise d’aujourd’hui (comme d’ailleurs dans celle de toujours !). Si nous sommes capables de le faire, tout changera.  Messieurs les prédicateurs dominicaux, si cela est vrai, dites-le dans vos prêches ! Votre exigence et votre enthousiasme réveilleront vos paroissiens et ils prendront le relais – que, finalement, ils sont les seuls à pouvoir tenir en main.

¤¤¤

Après cette réflexion - qui pourrait inquiéter certains… - grâce à notre foi en Jésus-Christ, qui a sauvé le monde et continue à veiller sur lui, demeurons serein et plein de confiance !

A bientôt !

Quoi de mieux qu'une fleur pour symboliser nos talents !

Quoi de mieux qu'une fleur pour symboliser nos talents !

Publié dans Catholicisme, Religion, Talents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article